image003

 

IQBAL KETTANIQuestion 1: La FNPI est partenaire de la seconde édition du Colloque « Construction, Immobilier et Aménagement durable », quelles sont les perspectives au Maroc en lien avec la ville durable ?

Le secteur du bâtiment se trouve être un acteur majeur du climat du fait des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre qu’il engendre. Notre défi aujourd’hui est de construire des villes durables avec des bâtiments à basse consommation, et rénover le parc existant qui ne répond pas aux exigences environnementales. Depuis ces dernières années, le Maroc n’a cessé de démontrer son engagement au service du développement durable illustré par l’amélioration constante de son dispositif institutionnel, législatif et financier en relation avec ce sujet. Ceci a été concrétisé par l’adoption par le Royaume d’une loi-cadre tenant lieu de charte nationale de l’environnement et du développement durable, qui favorise l’équilibre entre les dimensions environnementales, économiques et sociales, avec pour objectifs l’amélioration du cadre de vie des citoyens, le renforcement de la gestion durable des ressources naturelles et la promotion des activités économiques respectueuses de l’environnement. Cet engagement a été perceptible dans plusieurs secteurs et plus particulièrement celui du bâtiment et de la construction à travers l’adoption depuis novembre 2015 d’une Règlementation Thermique dans le Bâtiment.

Question 2: Qu’attendez-vous de ce colloque ?

A l’instar de la première édition, ce colloque aura pour objet de rassembler les professionnels de l’immobilier et de la construction exerçant au Maroc et en France. La thématique axée autour de la construction et de l’aménagement durable s’inscrit dans la continuité des actions menées par le Maroc et la France et faveur d’une ville durable et éco efficace. Le colloque sera donc l’occasion de confronter les expériences des deux pays en la matière et mettre en exergue les best practice des deux pays.

Question 3: Quelles sont les exigences du marché en matière de formation professionnelle ?

Aujourd’hui, les entreprises de par leur savoir-faire et leur implication dans la vie économique et sociale sont un acteur incontour­nable de la transition énergétique et écologique. Elles se doivent d’être dotées de compétences managériales et techniques performantes dans le domaine. De la bonne maîtrise des paramètres liés au développement durable et de la compréhension de leur interdépendance dépend une réponse efficace et durable aux enjeux énergétiques, mais également écologiques et sociologiques du bâtiment. La transition en matière d’efficacité énergétique dans le bâtiment est assurée quand plusieurs éléments sont réunis, et notamment ceux liés à la formation de la main d’œuvre, aussi bien quantitativement que qualitativement, à la formation des formateurs parce que innover, concevoir et produire en économie verte nécessite des connaissances et compétences nouvelles. Des mutations professionnelles sont à venir. De nouveaux métiers vont émerger et d’autres plus rares risquent de prendre une place accrue.